fbpx

Categories

avis-regime-chrononutrition

😯 Pourquoi je ne suivrai jamais le rĂ©gime chrononutrition

.

Connaissez-vous la chrononutrition ? Avez-vous dĂ©jĂ  entendu parlĂ© de chronobiologie ? Avez-vous envie de tester ce type de rĂ©gime ? MĂȘme si ce n’est pas le cas mais que vous ĂȘtes simplement curieux d’en apprendre plus sur le fonctionnement de votre corps, alors bienvenue dans cet article et bonne lecture.

.

Il y a quelques mois de cela, aprĂšs une sĂ©ance de sport, je discutais avec une personne qui me disais suivre le rĂ©gime chrononutrition. Il m’expliquait manger du fromage et de la charcuterie le matin, surtout pas de protĂ©ine le soir et pas non plus de lĂ©gumes Ă  midi.

Je ne connaissais pas ce type de rĂ©gime et tout ça me paraissait Ă©trange alors j’ai creusĂ©. Je vous fais part ici du rĂ©sultat de mes recherches et de mon point de vue personnel sur le sujet. J’espĂšre que cela vous aidera Ă  y voir plus clair si vous vous posiez les mĂȘmes questions que moi.

.

.

Qu’est-ce que la chrononutrition

.

C’est un rĂ©gime alimentaire qui se base sur la chronobiologie du corps humain. C’est-Ă -dire qu’il accorde plus d’importance au “quand” manger que au “quoi” manger. On peut manger de tout mais pas Ă  n’importe quel moment de la journĂ©e.

Le rĂ©gime chrononutrition s’inscrit dans le cadre des rĂ©gimes minceur.

.

Petit rappel : un rĂ©gime alimentaire n’est pas forcĂ©ment synonyme de perte de poids.

Le mot “rĂ©gime” a Ă©tĂ© galvaudĂ© dans ce sens mais signifie initialement le fait de suivre une alimentation spĂ©cifique et adaptĂ©e Ă  soi, quelle qu’elle soit. Vous pouvez certes suivre un rĂ©gime “minceur” mais aussi un rĂ©gime “prise de masse” ou encore un rĂ©gime “sans gluten” ou un rĂ©gime alimentaire “vĂ©gĂ©tarien” etc. Parfois le terme “rĂ©gime alimentaire” va de paire avec un certain mode de vie tel que le rĂ©gime “palĂ©o” ou “vĂ©gan” par exemple qui mettent en avant des valeurs et des principes de vie qu’on retrouve dans l’assiette.

.

Le rĂ©gime chrononutrition prĂŽne la consommation de certains types d’aliments le matin, midi, 4h et soir. 

En chrononutrition on répartit les aliments en fonction des macronutriments qui les composent principalement : protéines, lipides et glucides pour savoir à quel moment de la journée on peut/doit les consommer.

Le rĂ©gime chrononutrition a Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans les annĂ©es 80 par le Dr Alain Delabos qui aujourd’hui en parle Ă  travers des livres et un site internet : la chrononutrition.

Voici par exemple un des interviews du Dr Delabos que l’on peut trouver sur Youtube. Bien sĂ»r pour aller plus loin dans mes recherches et ĂȘtre au plus proche de ce que dit le Dr Delabos, j’ai lu son livre “Mincir sur mesure grĂące Ă  la chrononutrition“.

Le rĂ©gime chrononutrition est dĂ©crit sur internet comme un rĂ©gime minceur facile et repris par de nombreux site, comme par exemple l’Agipi, ou SantĂ©magazine.

.

Ce dernier présente une définition de la chrononutrition qui me semblait claire et je me permets donc de le citer : 

“TrĂšs codifiĂ©e, la chrononutrition impose de consommer tels ou tels aliments Ă  un repas prĂ©cis et Ă  en bannir d’autres. Ainsi, on mange plutĂŽt gras le matin et plutĂŽt sucrĂ© l’aprĂšs-midi. Pas de restrictions : Ă  l’exception des yaourts et du lait (qui contiennent du lactose, indigeste), aucun aliment n’est interdit. Pas question non plus de compter les calories ou de supprimer les aliments gras et sucrĂ©s : tout est autorisĂ© Ă  condition d’ĂȘtre consommĂ© au bon moment.  Quatre repas par jour : dans cette mĂ©thode, le petit-dĂ©jeuner et le goĂ»ter sont incontournables : le premier est copieux et gras ; le deuxiĂšme riche en sucres et en graisses vĂ©gĂ©tales. Les autres repas se composent d’un plat unique : viande et fĂ©culents au dĂ©jeuner, poisson et lĂ©gumes au dĂźner.  Deux repas jokers par semaine : peu importe l’heure, Ă  ces repas-lĂ , on consomme ce qu’on veut.”

.

Pour bien comprendre pourquoi la chrononutrition rythme l’alimentation en fonction des diffĂ©rents repas de la journĂ©e il faut dĂ©jĂ  bien comprendre ce qu’est la chronobiologie.

.

.

Qu’est-ce que la chronobiologie

.

DĂ©finition de la chronobiologie

.

Selon wikipedia : “La chronobiologie est une discipline scientifique Ă©tudiant l’organisation temporelle des ĂȘtres vivants, des mĂ©canismes qui en assurent la rĂ©gulation (contrĂŽle, maintien) et de ses altĂ©rations. Cette discipline traite essentiellement de l’Ă©tude des rythmes biologiques.”

DĂ©finition de l’inserm : “La chronobiologie correspond Ă  l’étude des rythmes biologiques dans l’organisme“. 

.

En d’autres termes la chronobiologie Ă©tudie le fonctionnement du corps humain et de ses mĂ©tabolismes. Vos organes ont une activitĂ© qui n’est pas linĂ©aire tout au long de la journĂ©e. Pour revenir sur la thĂ©matique de l’alimentation qui nous concerne, cela signifie que l’absorption des nutriments par vos organes sera diffĂ©rents selon le moment oĂč vous allez les consommer. L’organisme humain est rythmĂ© par le rythme de la terre et du soleil c’est Ă  dire le cycle jour/nuit. Certains productions d’hormones et d’enzymes se font plutĂŽt la nuit : par exemple production de l’hormone de croissance ou de mĂ©latonine la nuit, et d’autres plutĂŽt le jour : par exemple production de cortisol ou sĂ©rotonine le matin, hypersensibilitĂ© de l’insuline au rĂ©veil etc. 

.

Lien entre hormones, enzymes et nutrition

.

Il ressort de mes lectures sur la chronobiologie que le lien entre nutrition et mĂ©tabolisme est double : comme on l’a vu plus haut, selon le moment de la journĂ©e les organes vont pouvoir mieux assimiler les nutriments, et en parallĂšle, selon le moment de la journĂ©e les organes vont avoir besoin de tel ou tel nutriment pour bien fonctionner.


En effet, les hormones sont produites dans le corps grùce aux différents molécules que vous allez apporter à votre corps dans le cadre de votre alimentation. Par exemple, pour produire de la sérotonine votre cerveau va avoir besoin de certains acides aminés essentiels contenus dans les aliments protéinés.

Peut-ĂȘtre commencez-vous Ă  comprendre petit Ă  petit le lien entre nutrition et chronobiologie ?!

Si, au moment de la journĂ©e oĂč votre corps a besoin de tel ou tel nutriment vous lui en apporter en quantitĂ© suffisante alors il pourra faire son “job” et votre forme, santĂ© sera optimale. Vous produirez correctement et en bonne quantitĂ© les hormones dont votre organisme a besoin pour fonctionner correctement. Et en parallĂšle il est prĂ©fĂ©rable d’apporterez Ă  votre organisme ce qu’il est capable de traiter au moment qui est le plus propice. Maintenant si Ă  l’inverse vous ne lui apportez pas le bon carburant au bon moment c’est un petit peu comme si vous fournissiez du diesel Ă  votre voiture essence : ça coince. L’exemple est extrĂȘme car en l’occurrence votre corps pourra quand mĂȘme fonctionner (Ă  l’inverse de la voiture) mais il ne le fera pas de façon optimale.

Quand je dis “fonctionner” c’est à la fois de façon physique et intellectuelle.

Physiquement cela va se traduire par de la fatigue (le coup de pompe de 10h ou d’aprĂšs-repas, moins de performances sportives, moins bonne rĂ©cupĂ©ration musculaire
).

Au niveau intellectuel, une alimentation qui ne suivrait pas votre rythme biologique se traduirait par une baisse de la vigilance, des difficultĂ©s de concentration, des trous de mĂ©moire…et ce tout au long de la journĂ©e.

.

Le fonctionnement optimal que j’évoque ici est en grande partie soutenue par une alimentation adaptĂ©e mais je ne peux pas m’empĂȘcher de vous citer Ă  nouveau les autres piliers d’une bonne santĂ©, sans lesquels ce rouage presque magique ne saurait fonctionner correctement. Il s’agit bien sĂ»r d’un sommeil correct et d’une activitĂ© physique rĂ©guliĂšre sans ĂȘtre trop intense.

Ancrez ces 3 piliers sur un socle moelleux de pensées positives et de confiance en vous et votre corps se portera à merveille !

.

ArrivĂ© Ă  ce moment de lecture vous vous posez peut-ĂȘtre la question suivante : “pourquoi ce titre d’article ??” Visiblement ce rĂ©gime Ă  l’air de prendre soin de notre corps puisqu’il se base sur notre rythme biologique !

Votre rĂ©action serait lĂ©gitime mais allons plus loin ensemble car oui la chronobiologie est un Ă©lĂ©ment incontournable Ă  prendre en compte mais (et c’est un MAIS important) cela ne suffit pas Ă  faire de la chrononutrition un rĂ©gime sans faille selon moi et je vais vous expliquer pourquoi je n’ai pas du tout adhĂ©rĂ©.

.

.

Je dis non Ă  la chrononutrition

.

Ce n’est pas parce que parce qu’un rĂ©gime alimentaire part d’un principe trĂšs cohĂ©rent et appuyĂ© par les recherches scientifiques actuelles que forcĂ©ment tout est Ă  prendre sans autre considĂ©ration. Je suis vraiment favorable Ă  une alimentation qui suit le rythme biologique de notre organisme (et je vous parle en dĂ©tails dans la derniĂšre partie de cet article) mais je ne suis pas partisane du rĂ©gime chrononutrition Ă©laborĂ© par le Dr Delabos car selon moi il y a des incohĂ©rences dans son discours et je trouve que l’aspect santĂ© n’est pas assez pris en compte sous tous ces angles, seul l’aspect perte de poids est vraiment mis en avant.

.

Voici selon moi les 2 points qui clochent.

.

Un rĂ©gime alimentaire “perte de poids”… sans dĂ©ficit calorique

.

Avec son rĂ©gime chrononutrition, le Dr Delabos base toute sa communication sur l’aspect minceur : devenir mince et rester mince.

Hors j’ai du mal Ă  comprendre comment un rĂ©gime peut-ĂȘtre “minceur” si on ne s’intĂ©resse jamais au dĂ©ficit calorique. J’ai bien compris que certains aliments seraient stockĂ©s Ă  certains moments et pas Ă  d’autres mais j’ai du mal Ă  croire que le corps peut utiliser n’importe quelle quantitĂ© d’aliments mĂȘme si c’est au bon moment.

Toutes les indications de grammage du rĂ©gime chrononutrition sont relatives au poids de l’individu. Le poids de dĂ©part n’est pas pris en compte et la diffĂ©rence entre les aliments ne l’est pas non plus ! Comment savoir si ce que je consomme me laissera en surplus calorique ou me fera passer en dĂ©ficit calorique ? Par exemple, 100 g de viande de grison apporte moins de 200 kcal alors que 100 g de foie gras apporte 480 kcal. Si je consomme l’un ou l’autre tous les jours, le rĂ©sultat sur le total de mes calories consommĂ©es Ă  la journĂ©e sera diffĂ©rent. Et il en est ainsi pour les diffĂ©rents aliments de chaque repas.

Comment cela peut fonctionner si on est en surconsommation par rapport Ă  ses besoins ? De plus, une alimentation hyperlipidique telle qu’elle se pratique dans le rĂ©gime chrononutrition est une alimentation oĂč la quantitĂ© dans l’assiette est fortement rĂ©duite.

Je vous renvoie Ă  l’article sur la densitĂ© calorique pour bien comprendre le principe.

En quelques mots, si les aliments que vous consommez ont une trĂšs forte densitĂ© calorique (comme c’est le cas pour les aliments riches en lipides) alors vous en aurez moins dans l’assiette. C’est plus difficile d’ĂȘtre calĂ© aprĂšs 3 carreaux de chocolat qu’aprĂšs quelques pancakes “Fit-meal”, pour un total calorique presque identique !

 

Toujours par rapport Ă  la quantitĂ© Ă  consommer je trouve que les conseils sont trop alĂ©atoires pour ĂȘtre suivis. Et que la situation personnelle n’est pas assez prise en compte. Je trouve en effet surprenant le fait que le sport ne soit pas mis en avant et intĂ©grer dans ce rĂ©gime. Par exemple, dans les tableaux de rĂ©fĂ©rences des quantitĂ©s Ă  consommer selon sa taille, il est aussi indiquĂ© une rĂ©fĂ©rence d’activitĂ© au quotidien. Au dĂ©part cela m’a paru intĂ©ressant mais finalement j’ai vu qu’il n’y avait pas l’activitĂ© sportive de prise en compte. Seul “activitĂ© sportive de haut niveau” est indiquĂ©e. Mais il y a quand mĂȘme des situations intermĂ©diaires entre l’absence de sport et l’activitĂ© sportive de haut niveau ! 

.

Le rĂ©gime chrononutrition ne me paraĂźt pas ĂȘtre un rĂ©gime “santĂ©â€Â 

.

Dans les interviews et interventions radio ou tĂ©lĂ©visĂ©es oĂč s’exprimait le Dr Delabos, je ne l’ai jamais entendu prendre en compte les Ă©lĂ©ments suivants, qui sont pourtant indispensables Ă  considĂ©rer pour ĂȘtre en bonne santĂ© selon les diffĂ©rents auteurs et docteurs que je lis et suis :

.

▶ La distinction au niveau des sucres : sucres naturels ou raffinĂ©s

▶ La consommation de matiĂšres grasses de bonne qualitĂ© et respect de l’équilibre omĂ©ga3-omĂ©ga6 (le terme omĂ©ga3 est citĂ© briĂšvement dans son livre, sans explication ni aucun accent mis sur son importance pour le corps et le fait qu’on manque cruellement dans notre alimentation moderne. Et ce n’est pas dans le fromage ou la charcuterie qu’on trouve des omĂ©ga3 !)

▶ La prise en compte de l’index glycĂ©mique des aliments qui pourtant semble jouer un rĂŽle important dans le dĂ©veloppement du diabĂšte de type 2 et l’inflammation chronique du corps

▶ La considĂ©ration du degrĂ© de transformation des aliments comme facteur de risque pour la santĂ© : consommer le moins possible d’AUT (Aliments Ultra-TransformĂ©s) au profit des aliments bruts, non chargĂ©s en additifs toxiques pour le corps. Dans le livre il va mĂȘme jusqu’Ă  prĂ©ciser que tous les fromages se valent. Quand on sait comment sont faits les kiri, vache-qui-rit ou babybel, pour ne citer qu’eux, et qu’on regarde leur composition, on se rend bien compte qu’ils n’ont rien d’un fromage et que ce sont des aliments ultra-transformĂ©s qui peuvent nuire Ă  notre organisme si on en mange tous les jours.

▶ L’équilibre “acide-base”, avec l’importance de consommer des fruits et lĂ©gumes Ă  chaque repas en complĂ©ment des protĂ©ines et produits cĂ©rĂ©aliers afin de ne pas acidifier votre organisme

▶ La diminution de la consommation de sel qui est beaucoup trop excessive chez la plupart de la population aujourd’hui et entraĂźne des maladies cardiovasculaires, de la rĂ©tention d’eau, de l’hypertension
 Au contraire dans son livre, le Dr Delabos Ă©voque le fait que les lĂ©gumes en eux-mĂȘme sont trop fades pour ĂȘtre consommĂ©s tels quel, ou en soupe et donc qu’il faut saler ses prĂ©parations…(“whaaaat ??!”). Rien que le petit dĂ©jeuner est extrĂȘmement riche en sodium (fromage + beurre ou beurre salĂ© + charcuterie).

▶ Et enfin, les alternatives aux protĂ©ines animales. Que l’on soit vĂ©gĂ©tarien ou pas, la diminution de notre consommation de protĂ©ines animales est une bonne initiative Ă  la fois pour notre corps, pour la cause animale et pour la planĂšte. Hors dans ce rĂ©gime, comme prĂ©cisĂ© Ă  mainte reprises dans son ouvrage, il faut presque atteindre la satiĂ©tĂ© avec la viande et ensuite complĂ©ter avec des cĂ©rĂ©ales… Ce qui peut reprĂ©senter deux steaks ou deux cuisses de poulet complĂšte avant de manger autre chose. Pour moi c’est un non sens et un scandale vis-Ă -vis de la planĂšte et de la cause animale.

▶ L’aspect “sport” inexistant : c’est Ă©voquĂ© trĂšs trĂšs rapidement dans le livre, en disant que les sportifs doivent s’alimenter plus en fonction de leur dĂ©pense Ă©nergĂ©tique mais bien sĂ»r en respectant les rĂšgles d’un goĂ»ter fruitĂ© et d’un repas lĂ©ger. De mĂ©moire il fallait rajouter un oeuf au petit-dĂ©jeuner. Et c’est tout ! Euh vous ne trouvez pas que c’est peu lĂ©ger comme recommandation. Personnellement quand je pratiquais le cyclisme et que je partais aprĂšs le travail pour une sortie de 2h, je ne me serais pas contentĂ©e d’un fruit en collation et d’un repas trĂšs lĂ©ger le soir ! J’avais faim, soif et l’envie irrĂ©pressible de croquer dans quelque chose de solide. Et l’oeuf supplĂ©mentaire du petit-dĂ©jeuner aurait Ă©tĂ© bien bien loin !

.

🧐 Ce que je me suis dis en parcourant les diffĂ©rentes dĂ©finitions de la chrononutrition đŸ€Ż


Si on reprend les grandes lignes de la chrononutrition comme évoquées en introduction, voici les problématiques qui se sont imposées à moi :

 

“TrĂšs codifiĂ©e, la chrononutrition impose de consommer tels ou tels aliments Ă  un repas prĂ©cis et Ă  en bannir d’autres. Ainsi, on mange plutĂŽt gras le matin et plutĂŽt sucrĂ© l’aprĂšs-midi.”

Et les protĂ©ines dans tout ça ? Les derniĂšres recherches scientifiques dĂ©montrent l’importance des protĂ©ines au petit dĂ©jeuner, et l’oeuf semble ĂȘtre l’aliment idĂ©al : excellente assimilation et source d’omĂ©ga3. Les lipides et protĂ©ines prĂ©sentes dans le fromage sont souvent dĂ©crites comme bien moins bonnes pour l’organisme.

 

“Pas de restrictions : Ă  l’exception des yaourts et du lait (qui contiennent du lactose, indigeste), aucun aliment n’est interdit.”

Juste au dessus on nous dit qu’il faut bannir certains aliments mais finalement il ne s’avĂšre que des yaourts et du lait, et qu’en est-il des sodas, des produits ultra-transformĂ©s, de la mal-bouffe en gĂ©nĂ©ral ? Et finalement aprĂšs lecture du livre il y a quand mĂȘme plus d’interdit que cela… Notamment les lĂ©gumes ! J’ai eu du mal Ă  y croire mais oui les lĂ©gumes sont proscrits sauf en toute petite quantitĂ© le soir. Le risque ? RĂ©tention d’eau, cellulite, grosses fesses et grosses hanches. Je pense que vu ma consommation de lĂ©gumes Ă  chaque repas de la journĂ©e je devrais obĂšse alors…

 

“Pas question non plus de compter les calories ou de supprimer les aliments gras et sucrĂ©s : tout est autorisĂ© Ă  condition d’ĂȘtre consommĂ© au bon moment.”

Donc 24 barres de Mars glacĂ©es ça passe tant que c’est Ă  4h ?? Je trouve que ces notions de “ne vous en faites pas ce ne sera pas du tout contraignant”, “vous pourrez faire comme vous voulez sans contrainte et ça marche, il faut manger au bon moment” c’est un peu trop facile. C’est juste pour attirer les gens qui naturellement vont s’orienter vers ce qui leur semble le moins contraignant. Mais parfois il faut savoir dire les choses telles qu’elles sont, sans tabou : oui aujourd’hui il y a beaucoup de choses Ă  changer dans l’alimentation de 80% de la population. Pour des questions de poids mais surtout de santĂ©. Et faire croire qu’on peut faire tout ce qu’on veut tant que c’est “au bon moment”, je trouve que ce sont des allĂ©gations trop allĂ©chantes pour ĂȘtre honnĂȘtes.

 

“Quatre repas par jour : dans cette mĂ©thode, le petit-dĂ©jeuner et le goĂ»ter sont incontournables : le premier est copieux et gras”

La premiĂšre fois que j’ai entendu le Dr Delabos dire cela je me suis arrĂȘtĂ©e de cuisine (oui je cuisine toujours en Ă©coutant des podcasts et des vidĂ©os) et je me suis dit “mais c’est bizarre ça… parce que gras ne signifie pas bon gras ou gras plus nuisible pour l’organisme ? Ne serait-il pas important aussi d’Ă©voquer le ratio omĂ©ga3-omĂ©ga6. Car dans le fromage, les plats en sauce, la charcuterie, la viande etc, il n’y a pas vraiment d’omĂ©ga3 ! Hors notre cerveau, notre peau, notre systĂšme immunitaire en a cruellement besoin ! 

 

“Le deuxiĂšme riche en sucres et en graisses vĂ©gĂ©tales. Les autres repas se composent d’un plat unique : viande et fĂ©culents au dĂ©jeuner”

Alors ok mais oĂč trouve-t-on les graisses vĂ©gĂ©tales si on ne mange pas de vĂ©gĂ©taux ? Bon ce point est une mauvaise interprĂ©tation mais dans tous les cas ce qui m’a le plus interpellĂ©e c’est l’absence de la notion d’Ă©quilibre acide-base… On nous rabĂąche partout qu’il est trĂšs important de ne pas trop acidifier son organisme au risque d’ĂȘtre plus sujet aux blessures, aux maladies hivernales etc, et lĂ  entre la viande les cĂ©rĂ©ales on est servi…! MĂȘme aprĂšs lecture du livre je ne comprends vraiment le problĂšme qu’il y a avec les vĂ©gĂ©taux ??? Ils me semblent pourtant bien plus naturels que n’importe quelle cĂ©rĂ©ales non ? Bon bien sĂ»r il n’y a pas non l’Ă©vocation de la sensibilitĂ© au gluten, mais de toute façon les gens qui seraient intolĂ©rants au gluten, ou seraient dans une dĂ©marche de vĂ©gĂ©tarisme, ne sont pas concernĂ©s par ce rĂ©gime.

 

“Deux repas jokers par semaine : peu importe l’heure, Ă  ces repas-lĂ , on consomme ce qu’on veut.”

Moi qui suis contre les cheatmeal (on n’en pas du besoin quand on mange simplement Ă©quilibrĂ©) j’Ă©tais servie ! A nouveau un bon petit message marketing, pour faire plaisir aux gens en leur faisant croire qu’ils mĂ©ritent une bonne rĂ©compense aprĂšs s’ĂȘtre bien privĂ©. Mais au fait… on n’est pas sensĂ© dĂ©jĂ  manger ce qu’on veut et ne pas se priver dans le rĂ©gime chrononutrition ? Du coup ils servent Ă  quoi les 2 cheatmeals ? D’ailleurs c’est surprenant parce que dans le livre il est prĂ©cisĂ© Ă  de nombreuses reprises qu’il ne faut surtout pas, jamais, dĂ©roger aux rĂšgles de la chrononutrition : ne jamais interchangĂ© un repas, ne jamais manger de lĂ©gumes le midi, ne jamais trop manger le soir etc., mais alors pourquoi autoriser 2 repas “joker” par semaine ? Le corps est sensĂ© comprendre que c’est un joker et du coup ça passe crĂšme ?

 

Je me suis aussi faite les rĂ©flexions suivantes : C’est Ă©trange que le pain (et surtout la baguette traditionnelle française) soit systĂ©matiquement mis en avant comme bonne source de fĂ©culents, quand on connait l’IG du pain et son absence de nutriments intĂ©ressant pour le corps
, Et puis viande le midi sans limite avec poisson au dĂźner, sans compter le fromage du matin, ça fait quand mĂȘme beaucoup de protĂ©ines et surtout de protĂ©ines d’origine animale. Et les animaux dans tout ça… quand on sait comment ils sont traitĂ©s pour satisfaire notre consommation surabondantes… et puis la planĂšte dans tout ça ? Et puis notre corps aussi… sommes-nous rĂ©ellement faits pour manger autant de viande ? La plupart des Ă©tudes rĂ©centes sembleraient prouver que non.  

.

.

Je dis un grand OUI Ă  une alimentation qui suit ma chronobiologie

.

GrĂące Ă  la lecture du livre d’Eric Braverman “Un cerveau Ă  100%”, j’ai appris une multitude de bonnes pratiques alimentaires Ă  adopter pour optimiser le fonctionnement et la bonne santĂ© de son cerveau. CouplĂ© aux autres livres sur la nutrition (Mangeons vrai d’Anthony Fardet, Je mange sans gluten de Marion Kaplan et Audrey Etner, etc.) et notamment la nutrition sportive (Nutrition de la force de Julien VĂ©nesson), j’en ai dĂ©duit que le rĂ©gime alimentaire que je souhaitais adopter pour mon corps Ă©tait le suivant :

 

🕗 Matin : une source de protĂ©ines, des aliments riches en matiĂšres grasses de bonne qualitĂ© (avocat, olĂ©agineux
) et Ă©ventuellement un laitage (pas au lait de vache) avec un fruit Ă  IG bas (ex : banane), et enfin une boisson chaude. Je vous confie ma recette idĂ©ale du petit-dĂ©jeuner forme et santĂ© : les galettes Ă  la banane.

🕛 Midi : une source de protĂ©ines, lĂ©gumes, fĂ©culents, apport en lipides de bonne qualitĂ©

🕓 Collation Ă©ventuelle : fruits, ou fruits Ă  coque, ou rien du tout si pas de pratique sportive et diner assez tĂŽt le soirs

🕱 Soir : surtout lĂ©gumes, fruits, un peu de cĂ©rĂ©ales couplĂ©es avec un peu de lĂ©gumineuses

.

⚠ Le tout sans pain, avec le moins de gluten possible mĂȘme si je n’ai pas de maladie ceiliaque diagnostiquĂ©e, avec le moins possible de sucre raffinĂ©, en limitant ma consommation d’aliments Ă  IG haut, et sans produits ultra transformĂ©s. En respectant Ă  chaque repas l’équilibre acide-base de mon organisme et en tentant au maximum d’équilibrer mon ration omĂ©ga3-omĂ©ga6 afin de garantir une bonne santĂ© cardio vasculaire. Je mange Bio et Français 99% du temps afin de limiter le plus possible ma consommation de pesticides et d’additifs toxiques. Je tends Ă  une alimentation 80 voir 85% vĂ©gĂ©tale pour le bien-ĂȘtre de mon corps, de la planĂšte, et la pĂ©rennitĂ© des Ă©levages en plein air et en bonne santĂ©.

.

.

Conclusion

.

C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui, aprĂšs mes recherches sur le sujet je ne suis pas du tout enclin Ă  suivre le rĂ©gime chrononutrition du Dr Delabos. Par contre j’invite chacun d’entre vous Ă  creuser le sujet de la chronobiologie qui me semble vraiment passionnant !

.

J’espùre que mes recherches sur le sujet de la chrononutrition vous auront plus.

.

Ce fut un plaisir de partager mon point de vue avec vous grĂące Ă  cet article !

Si vous souhaitez vous exprimer sur le sujet dans les commentaires c’est avec plaisir que je vous lirais. Tous les points de vue sont intĂ©ressants tant qu’ils sont constructifs et respectueux. 

.

La nutrition est un vaste sujet, trĂšs complexe, oĂč les recherches scientifiques sont nombreuses et parfois trĂšs contradictoires. De plus quand le marketing des industriels de l’agroalimentaire et l’appĂąt du gain des rĂ©gimes miracles s’en mĂȘlent, cela devient un vĂ©ritable casse tĂȘte et il est trĂšs difficile de s’y retrouver. Je pense que dans le domaine de la nutrition la seule chose qui est sĂ»re est que rien n’est vraiment sĂ»r ! Rien n’est vraiment figĂ©, et il important de lire, de se renseigner, et de garder l’esprit ouvert pour pouvoir se faire sa propre idĂ©e et dĂ©velopper son propre point de vue. C’est ce que j’ai tentĂ© de faire ici sur le sujet chrononutrition / chronobiologie.

Je vous encourage Ă  faire de mĂȘme si vous en avez le temps bien sĂ»r.

.

Bonne journée à tous

Et Ă  trĂšs vite sur Fit-meal.

.

.

Le sport je connais. Depuis longtemps. I love it. La cuisine je connais aussi. Depuis longtemps. Easy. Par contre la cuisine adaptée aux sportifs, pas si simple ! AprÚs une bonne dose de curiosité et de remise en question j'ai découvert qu'une bonne alimentation passait par une bonne connaissance de son corps et de la nutrition. Aujourd'hui je partage tout ça avec vous !

    Laisser un commentaire