L’impact de l’alimentation ultra-transformée sur la santéTemps de lecture : 6 min

 

Salut les sportifs !

Nouvel article qui… n’est pas de nous.

 

Nous avons invité Marine sur notre blog afin quelle parle d’un sujet très intéressant et surtout d’actualité :

Les Aliments Ultras Transformés.

 

Pourquoi avons nous pensé à Marine ?

Simplement car Marine est une professionnelle de la nutrition.

Diplômée d’Etat en tant que Diététicienne / Nutritionniste et spécialisée en nutrition des sportifs, elle accompagne quotidiennement des personnes dans l’atteinte de leurs objectifs : 

✅ Rééquilibrage alimentaire

Allergies et intolérances

Maladies métaboliques

Enfance et adolescence

Préparation événements sportifs

 

Découvrez son travail plus en détail en cliquant ici : Découvrir le site de Marine

 

C’est parti pour un article axé technique qui plaira, nous en sommes sûrs, aux plus curieux d’entre-vous !

 

 

Qu’est-ce qu’un Aliment Ultra Transformé (AUT) ?

Il n’existe pas vraiment de définition précise concernant le terme AUT. Ce terme récent découle des travaux des chercheurs de l’université de Sao Paulo au Brésil et du chercheur français de l’INRA Anthony Fardet, auteur de l’ouvrage « Halte aux aliments ultra-transformés : mangeons vrai ! »

 

On apprend alors que les aliments se différencient selon la classification NOVA, les distinguant en 4 familles :

 

Aliments frais ou peu transformés : On y retrouve les aliments bruts, peu ou pas transformé par lavage, séchage, découpe … Le critère principal de cette catégorie est que l’on ne retrouve aucun ingrédient ajouté.

Ex : Fruits et légumes, graines, racines, viandes …

Ingrédients culinaires transformés : Ils comprennent les condiments, les amidons, le beurre et les huiles végétales. Ce groupe contient des produits utilisables pour préparer, assaisonner, cuire les aliments du groupe 1.

Ex : Huiles végétales, sucre, farine, sel …

Aliments transformés : Ce groupe comprend des aliments du groupe 1 auquel on aurait ajouté 1 ou plusieurs aliments du groupe 2 pour augmenter sa durée de vie ou encore ses qualités organoleptiques. Les aliments transformés peuvent contenir des additifs ayant pour but de conserver les propriétés originales de l’aliment ou de résister à la contamination microbienne.

Ex : Aliments en conserve, aliments fumés, fromages, pains…

Aliments hautement transformés : Produits industriels contenant plus de 4 ingrédients. Ces aliments peuvent comporter des additifs alimentaires, des protéines hydrolysées, des amidons modifiés et/ou des huiles hydrogénées. Un aliment hautement transformé est un produit qui est très palatable, souvent peu coûteux, facile à consommer. Ces produits sont généralement énergétiquement denses, riches en sucres ajoutés, en sel et matières grasses.

 

Tableau exemple AUT

 

Qu’elle est l’impact des AUT sur la santé ?

Selon une étude de l’EREN « Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle » en collaboration avec l’INSERM  et l’INRA, une augmentation de 10% de la consommation d’AUT entraînerait une augmentation de 12% des risques de développer un cancer (du sein ou colorectal). En revanche les personnes consommant davantage de produits non transformés auraient un pourcentage de risque diminué de 9%.

 

Comment expliquer cela ?

 

⚠️ Une richesse en glucides simples

La plupart des AUT contiennent une trop grande quantité de glucides simples. Ces glucides ont une structure moléculaire permettant une digestion rapide et donc une arrivée rapide de sucre dans le sang. Or lorsque le taux de sucre sanguin augmente rapidement, ce qu’on appelle une augmentation de la glycémie, le pancréas régule ce taux en libérant de l’insuline. Chez une personne consommant une grande quantité de glucides simples à répétition, on observe alors une fatigue du pancréas, il devient moins réactif et l’insuline, elle, n’est plus aussi efficace. On arrive alors à un stade où l’organisme se trouve en hyperglycémie constante, c’est ce que l’on appelle le diabète de type 2.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   🐑 LE YAOURT GREC, MEILLEUR QUE LES AUTRES ??

⚠️ Une richesse en lipides

Ils sont souvent de mauvaise qualité avec notamment une grande partie d’acide gras trans : Acide gras dont la structure moléculaire a été modifiée, soit de manière naturelle (par la digestion des ruminants) soit par procédé chimique (hydrogénation permettant de rendre une matière grasse solide). Ce type d’acide gras est considéré comme précurseur de maladie cardio-vasculaire notamment en augmentant le taux de LDL cholestérol (« mauvais » cholestérol) et en diminuant le HDL cholestérol (« bon cholestérol »). A savoir que le Danemark est le 1er pays européen à avoir engagé la quasi-élimination de ce type d’acide gras et depuis observe une diminution non négligeable de décès par cause de maladie cardio-vasculaire. 

De plus l’association lipide + glucide est perçue par le cerveau comme très goûteuse et peut rendre « dépendant » le consommateur à ce type de produit fortement calorique.

 

⚠️ Pauvreté en facteur « protecteur »

Peu d’aliments ultra-transformés sont riches en fibres, vitamines et minéraux. En effet l’ultra-transformation des produits, la haute montée en température ou encore la méthode de conservation des AUT entraînent une diminution voire une suppression de ces composés. Or les fibres permettent d’augmenter le sentiment de satiété mais surtout diminuerait les risques de cancers colorectaux.

Les vitamines et les polyphénols que l’on retrouve dans les fruits et légumes frais ont un rôle antioxydant permettant de lutter contre les radicaux libres (substance chimique, produite par l’organisme, très agressive). Ce sont ces radicaux libres très nuisibles qui peuvent conduire à la formation de cancer. Or les AUT en sont presque dépourvus.   

 

⚠️ L’utilisation d’additifs à outrance

Ce point est l’un des thèmes les plus controversés du moment. En effet il n’existe pas réellement d’études prouvant que l’utilisation d’additif entraînerait une augmentation des risques de cancer ou d’autres maladies. En revanche la plupart des additifs sont d’origine chimique, on peut donc penser que le corps n’est pas forcément capable de les traiter correctement, créant ainsi une inflammation récurrente de l’intestin pouvant entraîner allergie ou sensibilité. De plus les scientifiques s’interrogent sur la possible interrelation entre les additifs une fois mélangés, pouvant aboutir à des composés cancérigènes. Il faut donc rester très prudent avec ce type de produits.

A savoir qu’en France plus de 300 additifs sont autorisés. Dans l’agriculture biologique encore 48 additifs sont autorisés mais seulement 4 sont d’origine chimique. Une raison de plus d’orienter son alimentation vers le bio.

 

Conclusion

Pour conclure, les aliments ultra-transformés sont omniprésents dans notre quotidien. Il serait donc  préférable de les éviter. On privilégiera des aliments bruts ou peu transformés. Cette façon de consommer nous pousse à devoir prendre le temps de cuisiner certes, mais permet d’instaurer un mode de vie plus sain pour son corps.

Si l’on doit s’orienter vers ce type de produits, on privilégiera ceux contenant peu d’additif que l’on retrouve sous le terme « E n° xxx » et avec la composition la plus courte possible, si l’on ne connaît pas l’un des termes sur l’étiquette on peut facilement se dire que c’est un produit à éviter.

 

Nous remercions à nouveau Marine pour la qualité de son article.

Cliquez ici pour découvrir son travail :  Découvrir le site de Marine

Partage l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    104
    Partages
  • 104
  •  
  •  
  •  

About The Author


J'ai été comme toi, un débutant. J'ai passé des heures et des heures à faire des recherches sur la nutrition et sur la musculation et aujourd'hui je veux t'aider à progresser plus vite et à t'éviter de faire des erreurs. Et sinon, j'ai un poisson combattant qui s'appelle Bill alors ne viens pas m'embêter :)

Leave a Comment